[ITW - Partie 2] Philéas Hansart : "Mon entraîneur, aussi un modèle !"

| Publié le par Alex

Aujourd’hui engagé sur ses premières courses de la saison, Phileas Hansart nous avait accordé un entretien en début de mois. Après être revenu dans un premier temps sur sa saison 2019 et ses épreuves cyclistes favorites, le jeune coureur cycliste beauvaisien nous en dit plus sur son entrainement et sur sa relation avec la ville de Beauvais.

Votre entraîneur personnel est Guillaume Levarlet (ancien pro chez Cofidis et la Française des Jeux notamment), que vous apporte t-il au quotidien ?
Guillaume Levarlet est un ami de la famille de longue date. Il m’a apporté plus de sérieux dans mon entrainement, au niveau nutritionnel notamment. Manger équilibré c’est important chez les sportifs, surtout à ce niveau. Je peux dire que j’ai désormais un entraînement très « pro » aussi bien sur la route que dans l’assiette.
Depuis que Guillaume m’entraîne début février 2019, nous avons une relation privilégiée et c’est toujours important d’avoir quelqu’un toujours accessible pour nous remonter le moral lorsqu'on doute.

De nombreux coureurs beauvaisiens ou résidant non loin de la ville-préfecture ont fait leurs armes en professionnel, est-ce qu’il vous arrive de les cotôyer à l’entrainement ?
J’ai déjà pu rouler sur les routes de l'Oise avec Arnaud Démare, c’est quelqu’un de très ouvert ! J’ai également pu côtoyer Christophe Riblon grâce à mon entraîneur. Par le passé, j’ai pu également rencontrer Arnaud Coyot et Sébastien Minard.
C’est toujours très plaisant de rouler avec des coureurs du coin et de pouvoir rencontrer des coureurs qui ont un rapport sain à leur sport et une éthique irréprochable.

Avez vous un modèle de coureur que vous appréciez particulièrement ?
A vrai dire non. Je suis admiratif de tous les coureurs en général et bien sur toujours supporter des coureurs français quelle que soit la course !
S’il fallait vraiment sortir un nom, j'évoquerais mon entraîneur Guillaume Levarlet. Quand j’étais plus jeune, c’était pour moi un honneur de m’entraîner avec lui lorsqu’il était coureur professionnel. Et aujourd’hui, comme je l'ai dit précédemment, il m’apprend énormément de choses sur le métier.


"Les Championnats de France de l'Avenir à domicile, un super souvenir !"

Vous êtes né à Beauvais, que représente la ville pour vous ?
Beaucoup de choses. Ces dernières années, j’ai fait mes études à Beauvais au lycée technique Paul Langevin. Lorsque j’étais plus jeune, je m’entraînais au Parc Kennedy lorsque je faisais du cyclo-cross, c’était un endroit parfait pour s’y préparer.
En dehors de cela, c’est toujours assez difficile de s’entraîner en vélo de course au cœur de Beauvais avec la circulation mais l’an dernier j’ai eu l’occasion de rouler dans Beauvais en compétition et sur routes fermées à l'occasion des Championnats de France de l'Avenir.
Ca a été un véritable privilège pour moi de participer à ces championnats. J’étais à la maison comme on dit. J’ai reconnu le parcours des dizaines et des dizaines de fois. Au début, je ne le trouvais pas si difficile que ça mais au fil des reconnaissances, je le trouvais de plus en plus exigeant. Le jour J, on a assisté à un véritable chantier. A fond du km 0 jusqu’à l’arrivée ! (NLDR : Philéas terminera la course à la 37ème place)

Pour finir, que vous fixez-vous comme objectifs pour cette année ?
De bons résultats et une saison sans problèmes physique ! Je suis assez pragmatique et je ne me projette pas sur le long terme, je vois plus au jour le jour au fil des courses. J’espère simplement que les résultats seront concluants tout au long de la saison. On verra bien s’il y aura des sollicitations ou de grandes opportunités en temps voulu.  

Article plus récent chevron_right
Football : 3 matches à l'affiche ce week-end
chevron_left Article plus ancien
L'agenda du weekend