Dailly : "C'est une déception sur la 2e période"

 Football  Association Sportive Beauvais Oise   | Publié le par Bellovaque

Sébastien Dailly a livré son analyse de la rencontre face aux Lusitanos. L'entraîneur beauvaisien regrette cette seconde mi-temps durant laquelle son équipe a déjoué, refusant le jeu, jusqu'à se faire punir dans les derniers instants. 

Vos impressions sur cette rencontre ? 

C'est une déception, compte-tenu de notre deuxième période ou on n'a malheureusement pas joué. On a fait que subir, je ne comprend pas trop pourquoi... Certainement qu'il y avait de la peur de perdre. C'est une déception sur la deuxième mi-temps. Je pense qu'il y avait suffisamment d'expérience pour gérer les temps forts et les temps faibles et conserver le ballon. Parce que dès que vous le rendez, vous subissez les assauts. Face à une équipe très athlétique. Le ballon revient très vite dans votre surface de réparation.


Vous n'avez finalement pas concédé énormément d'occasions...
On a une première mi-temps où ils n'ont pas de situation. Une deuxième mi-temps ou on rend trop vite le ballon. A partir de ce moment-là, on subit différentes attaques de notre adversaire qui lui pratique un jeu assez direct et qui vous met très rapidement en difficulté dans la zone de réparation. 

L'égalisation intervient sur un ballon perdu, il y a derrière une forme d'attentisme dans la défense...

Oui, lorsque vous êtes dans une bonne spirale ce ballon là, il y a toujours quelqu'un pour intervenir. Là, c'est une succession d'erreurs qui font que dans la situation dans laquelle on est actuellement, le moindre relâchement est sanctionné. On sait aussi très bien que la première victoire n'est jamais, jamais facile. Elle se fait souvent dans la douleur, ce qui vous amène un peu de confiance pour pouvoir jouer un peu plus librement le match suivant. Malheureusement, on est dans cette spirale là. 


Comment vous expliquez que l'équipe ait autant reculé ? C'est dû à un manque de confiance ?

On récupérait le ballon très bas et on ne le conservait pas suffisamment bien offensivement pour pouvoir faire avancer le bloc. On a donc subi que des assauts, on n'a pas eu un enchaînement de passes de qualités en deuxième période. Plus ça allait, plus on avait peur de jouer, donc plus on se planquait. Et plus on se planquait, plus on rendait facilement le ballon à l'adversaire. Ce qui est paradoxal parce qu'on a quand même une équipe qui sur les trois premiers matchs était très joueuse. Là, tout s'est effondré au niveau des principes de jeu que l'on met en place.