Dailly : "C'est une grosse performance"

 Football  Association Sportive Beauvais Oise   | Publié le par Bellovaque

Sur la pelouse de Saint-Quentin, l'AS Beauvais Oise a enchaîné un troisième succès de suite en Championnat et reste sur une série de sept succès toutes compétitions confondues. Dans l'Aisne, Beauvais a su renverser son adversaire, une performance saluée par son entraîneur, Sébastien Dailly

La série continue (trois victoires de suite). Beauvais s'est montré solide, en dehors d'un début de match compliqué...
On a eu de grosses difficultés à entrer dans le match, face à une équipe beaucoup plus alerte, beaucoup plus mobile. On a eu du mal à se situer. Est-ce que c'est dû à une fatigue athlétique liée à tout ce qui s'est passé dernièrement ? De surcroît le terrain était très lourd. On a eu du mal à rentrer dedans. On a été en difficulté parce qu'on n'était pas bien en place. Il a fallu encaisser ce but pour nous galvaniser et nous donner l'énergie qui nous manquait en début de match. Je pense qu'on est allé chercher très loin, physiquement et mentalement. Être mené à l'extérieur et finalement s'imposer, c'est une grosse performance. 

Avant la rencontre, on parlait du réalisme offensif de l'équipe. Cette fois-ci vos joueurs ont su en faire preuve avec deux buts marqués à l'extérieur. 

On a des situations mais sans se procurer d'énormes occasions. Il est certain que sur l'ensemble du match on a plus de situations que l'adversaire. C'est une victoire logique, que les garçons ont su aller chercher avec les tripes et un mental à toute épreuve.


C'est le troisième succès consécutif en championnat. Vous aviez dit qu'il faudrait faire les comptes à la trêve pour envisager les objectifs de la seconde partie de saison. Avant le match de Belfort, vous regardez déjà un peu plus vers l'avant que l'arrière ?

Je me dis que dans ce championnat qui est très difficile et qui va se jouer entre février et mars, comme tous les ans. Il y a des équipes qui vont se repositionner après la trêve, d'autres qui vont sombrer. Je sais qu'il faut 8 à 9 victoires pour se maintenir, on est désormais à six victoires. On a un challenge samedi, parce qu'on a déjà gagné une fois trois matchs et on avait sombré à domicile contre Schiltigheim sur le quatrième. On va déjà voir si on est capable de passer ce cap là.