Dailly : "Conserver cette dynamique et impliquer tout le monde"

 Football  Association Sportive Beauvais Oise   | Publié le par Bellovaque

Avant la réception de Feignies-Aulnoye en Coupe de France ce samedi à 18h00, Sébastien Dailly fixe les objectifs d'une rencontre où il prévoit de faire tourner l'effectif. 

Est-ce que ce tour de Coupe de France sera une fois encore l'occasion de faire tourner votre effectif ? 
On va continuer de faire tourner l'effectif. Mais faire tourner l'effectif ne veut pas dire l'affaiblir. On va faire jouer des garçons qui n'ont pas joué ces derniers temps pour différentes raisons. L'idée c'est d'avoir un groupe le plus large possible concerné par le championnat et la Coupe. Les rôles seront redistribués. On veut justement conserver cette bonne dynamique qui doit concerner non pas 11 joueurs, mais la totalité de l'effectif.

chevron_right À lire aussi
Le point sur l'infirmerie de l'ASBO

Par rapport au précédent match, comment jugez-vous la première de Tutu ? 
J'ai trouvé qu'il avait amené quelque chose dans le jeu. Il nous a permis d'avoir le ballon un peu plus haut sur le terrain. De plus, il marque, au bout de 20 minutes. C'est une évidence que ça lui fait du bien moralement, d'autant plus qu'il n'avait pas joué depuis un petit moment.
Avoir quelqu'un qui garde le ballon un peu plus haut et qui créé des espaces pour les autres, ça change un peu le jeu de l'équipe, l'animation et la finition qui va avec.

Vous retrouvez demain une formation avec qui vous étiez à la lutte la saison passée pour la montée, c'est une belle affiche pour la Coupe de France. 

Ils viennent de changer d'entraîneur, c'est un ami qui a repris l'équipe, Jean Antunes, la semaine passée. On sait qu'ils ont des joueurs de qualité. On va avoir une très belle opposition.  On sait que ce sera un match très compliqué, mais c'est une bonne chose. Cela va permettre de tester l'ensemble de l'effectif avec l'envie de poursuivre cette série positive en cours. Il faut avoir en tête qu'il n'y a plus de prolongations en Coupe de France, ce qui peut changer la donne. 

chevron_left Article plus ancien
Le point sur l'infirmerie de l'ASBO