Dailly : "En football, il faut toujours y croire"

 Football  Association Sportive Beauvais Oise   | Publié le par Bellovaque

C'est la leçon que Sébastien Dailly souhaite tirer du succès des sang et neige face à Saintt-Quentin (4-2) : En football, il faut toujours y croire... Le manager de l'ASBO a également souligné l'importance du public sur cette rencontre. 

"On a vécu un scénario assez inédit. Être mené aussi rapidement, et finalement l'emporter, c'est assez rare. D'autant plus, qu'au delà de faire des erreurs très rapidement, on semblait pas du tout dans le match. Il est certain que pour revenir, il a fallu aller piocher très très loin, ne pas se laisser abattre. Je tiens à souligner aussi parce que ça me semble important. Même mené rapidement, on a eu que ce soit notre Kop, ou le reste du public, derrière nous. Je pense que ça a été aussi un élément important. Je ne suis pas certains qu'après six minutes, si on se fait siffler, que l'on parvienne à se remettre dans le droit chemin. D'où l'importance d'avoir des ondes positives, des gens qui nous suivent même lorsque l'équipe est en difficulté.


Je pense que Bobigny nous a fait beaucoup de bien. Cette rencontre nous a permis de hiérarchiser ce qu'il fallait mettre dans cette division-là. On s'aperçoit que c'est beaucoup de combats, c'est dur, il faut être bien concentré. Et les résultats de la journée, dont certains peuvent paraître surprenants, sont la réalité de ce championnat de National 2. On est arrivé sur la pointe des pieds, en regardant un peu, en pensant que ... et finalement pas du tout. Le vrai point de départ pour moi, c'est le match de Bobigny. Il faut de grosses valeurs mentales, il faut des bons joueurs. je ne doute pas du tout de la qualité des garçons que l'on a. Aussi bien des qualités humaines que footballistiques. Il est important d'évoluer dans un climat sain, où on vient supporter son équipe, son club, que ça se passe bien ou non. On voit l'importance de ces énergies positives qui permettent à l'équipe de se sublimer.
chevron_right À lire aussi
National 2 : l'ASBO enfin victorieuse !

A la pause, il a fallu remobiliser tout le monde et les persuader que c'était jouable. Je me suis servi de certains résultats de la semaine dernière. Belfort par exemple, qui menait 2-0 et qui s'incline 3-2. C'est un championnat, où il faut de grosses valeurs psychologiques, mentales. Passer d'un sentiment presque honteux, à ce sentiment d'euphorie en fin de match partagé avec les supporters qui sont venus nous voir, c'est magnifique ! En football, il faut toujours y croire."