Diether Bula : "L'objectif des Prédators c'est la D3 !"

 Football Américain  Les Predators   | Publié le par Alex

Après avoir présenté hier l'association des Prédators, entretien aujourd'hui avec son président Diether Bula qui évoque les objectifs du club de régional, ses aspirations à découvrir la troisième division française et présente de manière plus globale le football américain, l'un des sports les plus populaires outre-atlantique.

 Pouvez-vous nous en dire plus sur le parcours des Prédators depuis 10 ans à Beauvais ?

Au départ, le club était un rassemblement de copains qui s’intéressaient au football américain et voulaient pratiquer ce sport. Ils étaient connus sous le nom des « Titans ». Mais après quelques temps, il a été convenu que le club allait s’inscrire en championnat et se nommerait les «Prédators de Beauvais ».

Aujourd’hui le club des Prédators de Beauvais vient de fêter ses 10ans d’existence et représente plus de 80 licenciés.


Quel est le budget de fonctionnement annuel du club ? Comment se compose-t-il ?

L’association des Prédators de Beauvais possède un budget annuel assez variable d’année en année. A l’aide des divers financements et des licences nous avons un fonds de commerce qui se situe entre 3 000 et 5 000€. L’intégralité de ce budget est dédiée au développement du club. Nous devons régulièrement investir dans du matériel sportif tel que des échelles, plots, ballons, sacs de plaquage, etc... mais aussi pour le matériel réglementaire pour les matchs officiels tels que les poteaux de « down », les marqueurs de yards,… Il nous faut également prévoir une partie du budget pour les services obligatoires pour le bon déroulement d’un match officiel. J’entends par là, la prestation de la croix rouge qui assure les premiers secours et la prestation de la part des arbitres officiels qui font le déplacement pour venir arbitrer la rencontre. La plus grosse partie du budget est tout de même allouée à la sécurité des joueurs car nous devons renouveler tous les 5 ans les équipements du club (épaulières et casques).

chevron_right À lire aussi
Les Predators, à l'heure américaine

Quelles disciplines peut-on retrouver au sein de votre association ?

Au sein de l’association, nous avons une section football américain junior (16 à 19ans) qui évolue en 9vs9 dans le championnat Haut De France.

Nous avons également une équipe sénior qui joue à 11vs11 et qui est en régionale du championnat Haut De France.

Pour le loisir et la découverte, nous avons une section flag (football américain sans contact) à 5vs5 qui participe aux tournois ponctuellement.

Et nous essayons depuis l’année 2019 de mettre en place une équipe de football américain féminine afin de continuer à développer ce sport et de transmettre cette passion.


Comment expliquez-vous le grand nombre de joueurs de haut niveau passés par Beauvais ?

Beauvais est une ville généralement de travail ou de naissance chez nos joueurs, aussi nous formons des jeunes joueurs le temps de leur lycée mais nous les voyons partir pour leur étude dans d’autres villes comme Amiens, Paris ou Lille notamment. Ils évoluent ainsi dans des clubs à plus grande dimension et beaucoup plus visibles des recruteurs français.

Nous avons pour autant le plaisir de voir revenir des anciens joueurs et amis pour qu’ils nous donnent leurs expériences de ces grands clubs au travers de session de formation spécifique avec ateliers lors de nos entrainements.


Est-ce que vous pouvez présenter rapidement les règles du football américain pour nos lecteurs ?

Le football américain est un sport collectif de contact qui se joue à 11 contre 11 sur le terrain. Au sein d’une équipe il y a 3 escouades : attaque, défense et l’escouade spéciale qui s’occupe des dégagements au pied, des remises en jeu et des tentatives/transformations de points.

C’est un sport dit de gagne terrain, c’est-à-dire que le jeu évolue par phase et qu’il faut progresser un maximum dans ce terrain qui fait 100 yards (environ 92m) avec une zone d’en but de 10 yards à chaque extrémité.

L’attaque possède 4 tentatives (appelées des down) pour parcourir 10 yards et ainsi obtenir 4 nouvelles tentatives pour parcourir 10 yards à nouveau et ce jusqu’à la zone d’en but pour marquer des points.

La défense doit stopper l’attaque en l’empêchant de parcourir ces 10 yards en interceptant le ballon ou bien en plaquant le porteur de balle et ainsi les forcer à se dégager pour reprendre la main sur le ballon.

Il est possible d’avancer pour l’attaque de 2 manières : les passes ou les courses. L’attaque peut faire autant de passes en arrière qu’elle le souhaite mais ne peut en faire qu’une seule vers l’avant.

Et enfin il existe plusieurs manières de marquer des points. Le touchdown permet de marquer directement 6 points et a lieu lorsqu’un joueur est en possession du ballon l'intérieur de la zone d'en-but de l'équipe adverse. Il suffit qu'une partie de la balle traverse une ligne imaginaire au-dessus de la ligne d'en-but pour que le touchdown soit validé sur un jeu de course ou qu'un joueur reçoive la balle dans la zone avec l'un des deux pieds ou les deux pieds au sol (selon le championnat). Le touchdown donne lieu à un extra point où l’on doit botter le ballon entre les poteaux. Il est aussi possible de marquer 3 points grâce à un field goal (qui compte pour une tentative ou down) et qui consiste à botter le ballon entre les poteaux adverses.

Voici dans les grandes lignes un petit résumé des règles du football américain mais le plus simple reste de venir découvrir ce sport aux côtés des Prédators !


"L'objectif à court terme c'est la troisième division !"


Quels objectifs vous fixez-vous à court terme ? Et à long terme ?

A court terme, nous cherchons tout d’abord à accéder à la D3 qui serait une première historique pour le club. Nous allons également essayer de développer nos infrastructures pour permettre aux joueurs et aux joueuses de bénéficier d’un confort qui pour le moment est très rudimentaire. Nous remercions toutefois la mairie de Beauvais qui nous met à disposition le terrain Léopold Louchard pour nos matchs à domicile. Nous avons aussi pour projet de faire évoluer le Purple Beach Bowl qui n’a pas eu lieu cette année et qui est un événement majeur pour les clubs au Nord de Paris.


Sur le long terme, nous souhaitons et espérons que les Prédators continueront à monter en puissance. C’est un sport où l’esprit de compétition est vraiment très important. C’est pourquoi nous voulons toujours aller plus loin et accéder au meilleur niveau pour affronter de joueurs plus expérimentés. Grâce au terrain Léopold Louchard, nous disposons d’un terrain d’une grande qualité qui plaît à tous nos joueurs. Nous souhaitons maintenant mettre l’accent sur le développement de l’accueil du public. Je n’ai pas vraiment de plus grande visibilité car le bureau changera dès l’année prochaine. Nous lancerons bientôt un appel à candidature et serions enchanté que ce nouveau bureau fasse prospérer les projets déjà en place et que de nouveaux voient le jour.


Plus globalement, quel est le niveau du football américain en France ?

Le niveau du football américain est très bon puisque dernièrement l’équipe de France a été sacrée championne d’Europe ! La clé réside dans les décisions de notre fédération française de football Américain qui prône une formation complète des joueurs dès leur plus jeune âge à leur entrée dans les équipes de haut niveau.

L’accent est donné par des formations de coach et des obligations pour chaque club d’avoir des coachs formés. Mais les recruteurs sont aussi très présents pour les jeunes, nous avons eu Billy Pernier et Julien Smail qui avaient été découvert lors de journées de détections mais également lors de leur inscription à l’école de foot US « le Pôle France » qui se situe sur Amiens.

Tout est organisé pour que les jeunes montent en niveau dès leur début. En ce qui concerne les plus âgés qui souhaitent se lancer, chaque club revoit toujours les bases avant d’élever le niveau charge à eux de s’investir physiquement pour apprécier la totalité de ce sport.


"Une journée d'initiation aux sports américains à Beauvais est dans nos projets"


Y a-t-il une culture américaine au sein du club ? Vous suivez également la NBA, le baseball, le hockey sur glace ?

Dans l’ensemble, la totalité des joueurs suivent la National Football League (le championnat américain) tout au long de l’année, que ce soit pour la saison en elle-même et notamment le fameux SuperBowl ou bien pendant la Off Season qui est la période après la saison régulière réservée aux transferts, à la draft… On peut donc dire qu’il y a effectivement cette culture américaine mais surtout celle du Football Américain au sein du club. Une fois que l’on a goûté au sport, ça en devient presque une drogue.

Pour ce qui est des autres sports américains, cela va dépendre essentiellement de chaque personne. Par exemple nous avons dans l’équipe quelques membres du bureau et anciens joueurs du Beauvais’ Wolf Basketball qui suivent également la NBA. Notre secrétaire François Xavier Joanny, quaterback, a fait 10 ans de baseball avant de pratiquer le football américain, et il continue de regarder la Major League of Baseball et également la progression de ses anciens collègues français. Je sais également que certains s’intéressent à la NHL.

Nous avons d’ailleurs dans nos projets une journée Américaine où l’on pourrait participer à des initiations, voir des représentations de chaque sport,  ou organiser des rencontres inter sport !


Pour finir, comment avez-vous vécu cette saison 2019-2020 très particulière ?

L’année 2019-2020 a été très difficile à gérer et à digérer mais nous ne sommes pas les seuls dans ce cas. Effectivement nous avons une saison qui se lance en général entre le mois de décembre et le mois de janvier et qui nécessite une grosse phase de préparation entre le mois de septembre et de décembre. Donc lorsque la pandémie a fait surface et le confinement annoncé, nous n’avions que 2 matchs à notre actif, ce qui a frustré de nombreux Prédators. Le football américain étant un sport qui nécessite un fort investissement si l’on souhaite progresser (comme de nombreux sports), l’arrêt brutal des pratiques sportives a vraiment perturbé nos joueurs qui ne demandaient qu’à pratiquer et gagner en expérience. Je sais que nombreux sont ceux qui ont entretenu une activité sportive chez eux mais qu’ils ont hâte de revenir fouler le terrain.

Etant un sport collectif de contact, nous avons beaucoup d’incertitudes sur une reprise « normale ». Nous allons devoir prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer les gestes barrière et la sécurité de nos joueurs (désinfection de tous les casques et épaulières, des ballons après des séries de lancer et j’en passe). Nous avons déjà envisagé une préparation physique en tenant compte de la coupure pour nos joueurs s’il y a une reprise éventuelle en septembre. Cependant nous espérons vraiment que ce cloisonnement motivera les personnes à sortir et tout de même venir découvrir ce sport. Nous serons ravis de les accueillir !

chevron_left Article plus ancien
Mercato : Mayenga rebondit en N3