Rodrigo : "Ça nous montre le chemin qu'il nous reste à parcourir"

 Football  Association Sportive Beauvais Oise   | Publié le par Bellovaque

Eduardo Rodrigo s'est longuement confié en conférence de presse d'après-match. Dans cette seconde partie, il revient sur la préparation singulière de cette rencontre suite à l'annonce de l'arrêt du championnat de N2, ainsi que sur son regret d'avoir disputé cette rencontre sans ses supporters. 

Le fait de se poser la question sur l'avenir de la saison a compté ? C'était un coup dur dans la préparation mentale de la rencontre ?
On n'en a pas trop parlé entre nous. Mais inconsciemment, ça a dû jouer. Les garçons se doutent que tout peut s'arrêter après ce match. On aborde le match peut-être différemment inconsciemment.

Ce match reste un bon rendez-vous pour la suite, pour progresser et pourquoi pas se rapprocher de la montée l'an prochain, même si c'est encore loin bien sûr...
Forcément, l'objectif c'est de monter avec ce projet de l'ASBO de retrouver le monde professionnel assez rapidement. L'étape du dessus c'est le National 1. On s'est confronté à une équipe qui a l'habitude de ce niveau là, qui est une belle équipe de National malgré leur classement. Ça nous montre le chemin qu'il nous reste à parcourir. En championnat, on figurait bien cette année malgré un départ un peu compliqué. Sur les derniers matchs on était vraiment bien. Malheureusement, je pense que ce sera tout pour cette année.

Vous êtes tout de même satisfait de ce parcours en Coupe de France et de cette série de matchs sans défaite ?
Oui, ça faisait 13 matchs sans défaite. On est fiers de ça. Le groupe a bien vécu même après le nouveau confinement. On s'entraînait bien, la preuve on a réussi à être sérieux lors de tous les matchs de Coupe de France qu'on a fait. L'équipe a répondu présente.

Vous avez apprécié cette visibilité autour de l'ASBO, vous étiez le dernier club picard en lice dans cette compétition !
Oui bien sûr, après cette année la Coupe de France n'avait pas la même saveur. Il y avait vraiment beaucoup moins d'engouement, de ferveur. C'était tout de même un 16e de finale. Emballer un match comme celui-là, c'est plus compliqué dans ces conditions-là.

Vous pensez aux supporters qui auraient aimé vivre ce match ?
Aux supporters, à la famille, des matchs comme ça en général attirent du monde. A Beauvais, on aurait attiré beaucoup de monde. C'est vraiment un grand regret.