La formation au coeur du projet du BRC

 Rugby  Beauvais Rugby Club   | Publié le par Alex

Deuxième volet de notre entretien avec le président du Beauvais Rugby Club Olivier Lenormant. Ce dernier a évoqué avec nous en premier lieu le projet du club concernant la formation, axe important pour perdurer dans le haut niveau du rugby français.

Le BRC a entrepris un gros travail sur la formation, pouvez-nous en dire plus sur les changements et sur l’ambition du club dans ce domaine ?

On a profité du COVID pour retravailler le projet du club, regarder nos faiblesses, nos forces. On s’est aperçus qu’on était en retard sur la formation, par rapport à là où on voulait aller. Si on veut rester au haut niveau, on doit aussi former plus de jeunes de haut niveau.

 On a aussi un vrai rôle social pour les jeunes, pour le sport adapté. Un club de rugby est aussi là pour faire découvrir l’éducation aux enfants, faire partager les valeurs. On a mis des moyens, on a embauché deux personnes qui sont Marouane Farhati et Grégoire Barcelo pour s’occuper à 100 %de ça. On a un objectif de monter très fortement nos licenciés en école de rugby et sur le pôle compétition de jouer au plus haut. Nos moins de 16 ans viennent d’atteindre le niveau national, c’est le plus haut niveau qu’on peut atteindre donc il faut y rester. Nos moins de 19 ans doivent monter au plus haut niveau régional, je pense qu’on va le faire cette année. Et en même temps on est en train de monter un centre de formation qui sera labellisé par la FFR et qu’on souhaite qu’il devienne centre de Ligue, pour nous c’est un projet super important.


Vous venez d’annoncer un partenariat avec les Arlequins sur l’école de rugby (lire par ailleurs), pouvez-vous nous en dire plus ? 

On travaille déjà avec la Zup et la Soie Vauban au niveau des quartiers. Il y a un gros quartier qui est Saint-Jean à l’opposé de nos terrains. Il y a un club de rugby loisir qui sont les Arlequins sur place qui vit très bien  On leur a proposé de monter cette école de rugby en partenariat avec eux afin de permettre aux jeunes du quartier de pouvoir pratiquer le rugby sans qu’ils aient besoin de traverser toute la ville.. On met ça en place avec leur aide, on fournit nos éducateurs, on emmènera les enfants faire des plateaux dans l’Oise. Je trouve que c’est super de montrer ce qu’on peut faire à deux clubs, de réunir nos forces pour aider à ce qu’il y ait un maximum d’enfants qui puisse faire du sport.

Vous avez également le projet de développer le rugby féminin à Beauvais. Il y a l’Entente des Griffons en rugby à XV et vous avez également lancé dernièrement une équipe de rugby féminin U18 et de rugby à 10.

Le BRC souhaite fortement développer le rugby féminin que ce soit en plus de 18 ans ou en moins de 18 ans. On a un projet plus global au club, on voudrait être labellisé 3 étoiles qui est le plus haut niveau qui peut exister – très peu de clubs en France ont ce niveau - et aujourd’hui on est labellisé 2 étoiles. Pour ça, il faut qu’on développe tous les rugbys dont le rugby féminin. Si on prend les plus de 18 ans, il y a une Entente qui s’appelle les Griffons qui est en fait un rassemblement de toutes les équipes de l’Oise. Nous on en fait partie et on y reste complètement, c’est du rugby à XV. 

Comme on souhaite développer le rugby féminin encore plus fortement, il y a beaucoup de débutantes. On a créé une équipe de rugby à 10 d’un autre niveau. Ça permet de faire moins de déplacements, d’être plus local. L’objectif, c’est d’augmenter le nombre de filles qui jouent au rugby. Au fur et à mesure qu’elles apprennent le rugby, ces filles vont ensuite pouvoir nourrir l’Entente des Griffons.


Vous aviez également lancé une section de rugby à 5 l’an passé, comment se sont déroulés les débuts de ce type de rugby au sein du club ?

On a eu beaucoup de monde l’année dernière. L’avantage du rugby à 5, c’est que c’est un rugby sans plaquage. C’est ouvert à tous les âges, c’est du touché, on ne se fait pas mal. C’est très ludique, très festif. On continue le rugby à 5, on continue de le développer. Ça a lieu en même temps que les entraînements de l’école de rugby, ça permet aux parents plutôt que d’attendre leurs enfants sur le côté de faire du sport et de s’amuser en même temps. C’est mixte et c’est ouvert à tous, toujours le mardi soir de 18h30 à 20h.

Le club se développe au niveau infrastructurel, il y a eu une nouvelle pelouse au stade Communeau, une nouvelle salle de musculation, quelles sont les futures étapes de l’évolution du club à ce niveau-là ? 

On est en manque de terrain très fortement, on a besoin d’augmenter le nombre de terrains il nous en manque au moins 2 : un en herbe, un en synthétique. C’est prévu avec la ville de Beauvais, on est en train de travailler dessus. Aujourd’hui, on attend que le terrain synthétique des Pansards soit terminé afin qu’ils libèrent leur terrain pour le foot, et nous, nous récupérerons leur terrain. Il restera à financer le terrain synthétique.

En même temps, on est en train de préparer un projet pour financer les locaux pour le centre de formation avec la région Hauts de France. C’est aussi une étape à moyen terme. 

Article plus récent chevron_right
Pré-nationale HDF : l'effectif 2021/2022 du BBCO
chevron_left Article plus ancien
L'ASBO perd son capitaine sur blessure