Le BAC, valeur sûre du sport beauvaisien

 Sports nautiques  Beauvaisis Aquatic Club   | Publié le par Alex

Présent à Beauvais depuis une dizaine d’années sous cette appellation, le Beauvaisis Aquatic Club participe chaque année aux Championnats de France de natation. L’entraîneur du groupe Elite, Olivier Dubois nous en dit plus sur le club de natation beauvaisien.

En quelle année le club a t-il été crée ?

Le club a été crée en 1962 sous l’appellation BOUC Natation. On est sorti du BOUC pour devenir un club à part entière il y a dix ans : le Beauvaisis Aquatic Club.


Combien de licenciés comptez-vous au sein du club ?

On tourne autour des 250 licenciés au club. Cette année, on a malheureusement perdu 40 % de nos licenciés...


Combien de compétitions tous niveaux avez-vous par année ?

Nous avons une cinquantaine de compétition par an tous niveaux donc une compétition par semaine en année normale.


Avez-vous régulièrement des nageurs qui participent aux grandes compétitions comme les Championnats de France ?

Oui, depuis 2008 nous avons au moins un nageur en finale aux Championnats de France Elite. Des nageuses comme Justine Bruno, Chloe Hache, Chloe Cazier et un nageur comme Thomas Avetand y ont participé.


Comment avez-vous géré cette année 2020 ?

A la fin de la saison dernière, on a présenté des séances de préparation physique générale, un suivi comme beaucoup de clubs. On a repris cet été quand cela a été possible puis à la rentrée. Ces dernières semaines, j’ai entraîné jusqu’aux championnats de France nos deux nageurs présents sur les listes ministérielles ((NDLR : Tabatha Avetand et Maxime Sénéchal) qui ont l’autorisation de nager.


Vous avez du adapter les entraînements durant cette période COVID ?

Oui, on perd environ un quart d’heure, on a des sessions de 2 heures normalement. On fait un petit peu moins de préparation physique générale, on reste un petit peu plus dans l’eau pour ne pas trop perdre niveau natation. Ce n’est pas l’idéal, pour une fille comme Tabatha Avetand par exemple qui est finaliste et médaillée aux championnats de France, ça demanderait plus d'heures d’entraînement.


Comment vos nageurs, notamment ceux qui ne peuvent pas nager actuellement, gèrent toute cette situation liée au COVID ?

Ils gèrent très très mal. C’est très compliqué. Avant les vacances de Noël, on a eu une compétition à Amiens (NDLR : le meeting des Hortillons) où on a pu engager un peu plus de nageurs. Ils ont pu avoir un retour en compétition.

Article plus récent chevron_right
Les M20 de l'ABE en stage à Talence
chevron_left Article plus ancien
US Maubeuge - ASBO à suivre en live vidéo