Philippe Vibert fait le bilan de 2021 et se projette sur 2022 !

| Publié le par Bellovaque
Crédit photo : Philippe Vibert

Philippe Vibert, 11e adjoint du Conseil municipal de Beauvais en charge du sport et des loisirs a effectué en notre compagnie, le bilan de l'année 2021 tout en se projetant sur l'année 2022 qui vient de débuter.

Comment analysez-vous l'année sportive 2021 à Beauvais, perturbée une nouvelle fois par la crise sanitaire ?

Dans le contexte singulier que l'on connaît, c'est plutôt un bilan positif. Les clubs ont su trouver des solutions, se réinventer, s'adapter aux conditions sanitaires et aux contraintes. Alors que l'on pensait qu'il y aurait une forte baisse des adhérents dans de nombreuses associations à la rentrée, les clubs ont globalement bien rebondi. Depuis deux ans, les associations ont trouvé des moyens pour garder le contact avec leurs adhérents et la rentrée a été bonne. Il y avait une envie de faire du sport et les clubs ont su être présents, mettre en place ce qu'il fallait pour rebondir. La pratique de masse s'est maintenue. Il y a même eu un sursaut de ce que nous ont rapporté plusieurs associations. Les gens ont envie de faire du sport, c'est très positif. 

Si on évoque purement les résultats sportifs. On est globalement sur un statut quo, les saisons des différents clubs se sont arrêtées à quelques exceptions près. 


Même si comme vous l'avez dit, la saison a été écourtée pour la majorité des associations. S'il faut retenir un moment fort cette année positif et un négatif ?

Ce qui marque la rentrée sportive, c'est Sport en Fête. On a eu une édition 2021 très populaire. Je dirais donc que le moment fort, c'était Sport en Fête parce qu'on a été surpris par l'engouement. C'est un fait marquant parce que cela marque un renouveau, un espoir aussi. 

Au niveau négatif, c'est l'arrêt du sport au mois d'avril-mai avec une pratique stoppée trop longuement et bien sûr, il y a cette grave blessure d'Eduardo Rodrigo, le milieu de terrain, vice-capitaine de l'ASBO. 

chevron_right À lire aussi
On a testé pour vous : Le sabre laser !

Pour se projeter sur 2022, quelles sont les gros projets à venir en matière d'infrastructure ?
Il y en a un gros, c'est la piscine Bélier qui se trouve à Saint-Jean. Elle va fermer, les travaux vont s'étaler sur deux ans. Les travaux vont commencer cette année. 

On a deux gymnases qui vont fermer, Jean Moulin et Morvan. Jean Moulin, il s'agira d'une réfection et Morvan d'une destruction et reconstruction. Les associations qui occupent ces gymnases iront dans la salle annexe de l'Elispace le temps des travaux. A terme, le TT Beauvais aura cette salle dédiée avec le club d'escalade. 

On a un autre investissement sur les équipements de Saint-Jean en lien avec les JO de 2024. On réalise des travaux sur la salle d'armes de l'ABE afin de conserver une certaine fraîcheur dans la salle, il va y avoir une réfection des locaux, des vestiaires et la création d'une salle de convivialité. Il s'agit d'un aménagement global de la structure pour répondre à un cahier des charges permettant d'accueillir des délégations pour les JO. 


Quel regard vous portez sur la saison en cours des clubs et notamment des locomotives que sont l'ASBO, le BRC, le BOUC Volley, le BBCO etc... ?

Dans la situation actuelle, on est plutôt sur un statut quo encore. Nos clubs sont sur des projets à moyen terme, à l'image de l'ASBO avec la volonté de bien préparer aussi la prochaine saison. Le rugby a la volonté de se maintenir, ils sont dans les clous. Le BOUC Volley est bien en Elite, on pourrait avoir une belle surprise avec le BOUC en fin de saison. Le BBCO comme le BOUC Handball sont aussi dans la course à la montée. On a d'ailleurs aucun club mis à mal dans sa saison, c'est très positif. 

Article plus récent chevron_right
Un nouveau départ pour Tabatha Avetand à Toulouse
chevron_left Article plus ancien
Week-end victorieux pour le BOUC Handball !