Retro ASBM partie 3 : Fabrice Delargillière

 Football  Association Sportive Beauvais Oise   | Publié le par Alex

Ancien défenseur de Beauvais dans les années 80 et membre de l’épopée rouge et blanche en deuxième division, Fabrice Delargillière a passé une douzaine d’années au sein des sang et neige. Il nous raconte son parcours footballistique dans ce troisième volet de notre rétrospective consacrée à l’AS Beauvais Marissel.

Comment vous est venue la passion du ballon rond ?

J’ai grandi dans le Quartier de la Soie-Vauban où j’ai tapé dans le ballon depuis mon enfance. Mon parcours s’est toujours dessiné à Beauvais. J’ai joué au COB en poussins puis en pupilles où j’étais stoppeur. 

En minimes 1, l’ASBO m’a appelé et je suis parti là-bas. J’ai démarré en tant que latéral droit à 15-16 ans en équipe première. Nous nous sommes sauvés in extremis avec Maurice Barreau lors de la saison 1980-1981.


chevron_right À lire aussi
Retro ASBM partie 1 : Maurice Barreau


Vous avez ensuite fait partie de l’épopée qui a envoyé l'ASBO en 2ème division.

J’ai fait partie de l’équipe qui est montée en D2 lors de la saison 1985-1986. avec Michel Corillon à la présidence et Arnaud Dos Santos en tant qu’entraîneur. On a été champion de Division 3 lors de la saison 1984-1985, un grand moment !

Puis on s’est stabilisé en D2. A l’époque, il n’y avait que quelques contrats pros et des mi-temps à côté. Mais ensuite, au bout de deux ans, on était tous devenus professionnels.


chevron_right À lire aussi
Retro ASBM partie 2 : Aziz Ademi


Lors de l’année 1989-1990, vous réalisez un beau parcours en Coupe de France !

Cela a été une année difficile en championnat et la Coupe de France nous a sauvé. On perd contre Auxerre en 1/4 de finale. Le Auxerre de Guy Roux !

Je jouais stoppeur et je devais marquer Didier Monczuk, l’un des meilleurs buteurs du championnat. A l’époque, les matches étaient en aller-retour et on avait perdu 2-1 à l’aller à Brisson avec un but de la tête de Basile Boli. (NDLR : 0-0 au retour)


Quels joueurs vous ont le plus impressionné durant votre carrière ?

J’ai eu la chance de jouer contre Cantona face à Bordeaux lors de notre parcours en Coupe ! Il me met un gros taquet à un moment ! (rires) C’était déjà le joueur et la personnalité que l’on a connu par la suite. J'ai souvenir également de Basile Boli qui dégageait une prestance incroyable sur le terrain lorsque je l’ai affronté.


A la suite de votre carrière, vous avez entraîné Hermes-Berthecourt, racontez-nous cette expérience.

J’ai été entraîneur à Hermes et j’ai mené l’équipe de la deuxième division de District à la DH avec plusieurs montées successives.

Avec mes relations, j’avais réussi à monter une belle équipe. De très bons joueurs sont passés chez moi comme Aziz Bendraouh, Jean-Christophe Elot, Sylvain Reghem. On avait même réussi à faire un parcours en Coupe de France en 2001 après avoir battu le Paris FC. On avait ensuite perdu contre l’équipe de Douai en 64ème de finale.

 Aujourd’hui, je suis toujours lié à Hermes puisque je suis chargé de mission à la mairie.


Finalement en tant que joueur, vous êtes restés fidèle à Beauvais durant 12 ans avec 200 matchs de D2 à votre actif.

J’ai eu à un moment des offres de Mulhouse, Lille et d’autres clubs mais j’ai toujours voulu rester à Beauvais. De 1985 à 1993, je n’ai vécu aucune descente avec l’ASBO. Et j’ai beaucoup appris auprès d’entraîneurs aux qualités différentes comme Bruno Metsu, Guy David et Arnaud Dos Santos par exemple. Je me plaisais bien au club, à Beauvais. J’ai toujours voulu finir ma carrière professionnelle ici.